Reliure I : organisation générale, pliage et grecquage

   Pour ne pas rendre le temps de chargement interminable, cette version est sans image. J’ai cependant laisser les légendes des illustrations qui se trouvent sur la version téléchargeable des notes, à cette adresse, afin que vous puissiez décider si ça vaut la peine de télécharger la version complète.

   j’ai aussi segmenté l’ensemble de la façon suivante :

pliage et grecquage

couture et massicotage

couverture, faux dos et rustine

habillage et pages de garde

  Enfin il se peut que la mise en page soit décalée sur cette version, la faute en revient au logiciel wordpress qui gère très mal les importations de textes, désolé.

  Pliage et grecquage

Stage de reliure du 26 au 31 octobre 2009.Guillaume CassarLes notes complètes sont sur le cahier vert daté d’août 2009 Réalisation d’un bradel    Pliage, confection des cahiers Après avoir déterminé le format, le nombre de cahiers et le type de papier à utiliser, la première opération consiste à plier les feuilles une à une et à les grouper en cahiers. Il faut prévoir pour les pages de garde, deux cahiers de deux pages chacun. On empile les cahiers dans l’ordre de montage (garde, cahiers, garde) et on marque la première page d’une croix afin de conserver le même sens lors de la couture. Les cahiers réunis forment le corps d’ouvrage. 

 Le grecquage L’opération suivante qui consiste à pratiquer des encoches sur le dos du corps d’ouvrage après l’avoir équerré, on dit aussi taquer, et placé dans la presse entre deux feuilles de carton, s’appelle le grecquage. La profondeur des encoches dépend de l’épaisseur des cahiers, il est prudent de ne pas les faire trop profondes, on peut en effet à l’aide d’une aiguille finir le perçage avant la couture. Le nombre et la nature des grecques dépend  du liant (ficelle à grecquer ou ruban) du format, et de l’exigence de solidité. Les grecques d’extrémité sont dites de chaînettes en raison de la nature du point qui les unies.En ce qui concerne le grecquage des rubans il faut pratiquer perpendiculairement au cahier deux encoches à 1 millimètre de chaque coté. Pour la ficelle faire des grecques en goutte (une encoche droite agrandi par deux incisions à 45° de chaque coté. 

 

Remarque : il me semble intéressant de ne pas pratiquer les grecques de manière symétrique, comme ça il y a un sens lors de la couture (on ne peux pas inverser les feuilles).  1 :        Cahier dans la presse et scie à grecquer2 :        Grecque en goutte pour passer la ficelle

3 :        Positionnement des fils et ficelles

4 :        Placement de la mousseline

5 :        Grecques pour rubans  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close