Yes, he said, everybody said that she don’t look like it, but that don’t make any difference, she will.

Je reprends possession du blog, après la forfaiture du Monde. Quelques modifications cependant. Les posts seront articulés autour d’états stables des œuvres en cours (donc moins nombreux), les contenus des cahiers seront toujours répertoriés, c’est ma principale source de documentation. On commence par « Yes, he said, everybody said that she does not look like it, but that does not make any difference, she will ! » au fur et à mesure je réintroduirai ce qui s’est fait entre avril et août.

Une version de ce post sera stockée dans le cahier 16.

Ce travail a été bouclé en 5 jours, ce qui, pour moi est extrêmement court. Il correspond à plusieurs cristallisations. Les portraits types ou synthétiques que j’utilise depuis 2008, les rendus quasi cartographiques, les trames qui, aussi , m’accompagnent depuis longtemps, les surverres, plus récents (liés à la découverte d’un masque utilisable à la graveuse laser) et enfin les points de distance et les durées de regard qui sont pris en compte depuis les premiers posts.

Travail à l’état stable. Ce qui veut dire une possible série pour creuser certaines variables (couleurs, échelles de tramage…) mais il est fort probable que ça restera à l’état d’hapax.

Les sources sont constituées de portraits de G.S. par Picasso, Valloton, Picabia et une photo inconnue.

La pondération de la synthèse favorise, la version Picasso et surtout, celle avec Pépé.

Dessiner ce genre de modèle m’a toujours posé problème, malgré l’apparente confusion , la réalisation du dessin nécessite une très grande précision dans le tracé et dans la répartition des valeurs. Je fonce trop, j’ai du mal à gérer les variations des valeurs claires et c’est jamais terrible. Petit mieux cette fois ci, je crois que c’est parce que je me suis attaché à rendre la dislocation plus que la ressemblance.

Lavis à la base base, crayon de couleur noir, aquarelle blanche. J’ai testé sur le chien.

Les valeurs sont à peu près bonne en comparant l’échantillonnage du modèle et du dessin (trop de noir cependant).

La cartographie générale n’est pas bonne non plus, trop peu de valeurs et trop contrastée (gris clair et gris trop foncé sur les zone de la deuxième vignette.)

Le travail de la vitre mobilise deux points décisifs : l’échelle de trame et les critères de répartition. Je crois que j’ai le bon rapport d’échelle trame / dessin cette fois-ci. Pour les critères de répartition j’avais prévu de travailler sur les fronts (zones limitées de contraste fort) et finalement un filtre moyennaire m’a séduit en route on a donc le schéma suivant :

Tramé

Distance courte ( épaisseur d’un passe partout) entre le dessin et la vitre. Peu de champ autour et cadre mince en châtaigner clair avec une feuillure de transition.

Dispositif à regarder, plusieurs fois, vite, sous différents angles et à différentes distances.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close